Fasciné par des espaces façonnés par la foi, porteurs de messages spirituels, marqués par l’histoire, empreints de la mémoire humaine et métamorphosés par la créativité, Ireneo Nicora appartient à ce groupe d’artistes dont l’oeuvre nous rend conscients de la précarité qui définit la nature même des êtres. Dans les principes de sa recherche, centrée sur la création d’installations, les matières premières utilisées sont liées à la pratique de la récupérationet à la lutte contre la société de consommation; elles ont une mémoire, elles sont liéesà la tradition et à l’histoire.

Ces fragments récupérées - éditions anciennes, vieux manuscrits, cartons d’emballages recyclés - Ireneo Nicora les lave, les imbibe de cire d’abeille et les ficèle avec des cordes, du cuir et du tissu,  comme à travers un grand rituel purificateur.

Le support n’est plus considéré comme tel, au sens strict du terme, il devient l’expérienced’un corps, le vecteur de la transformation. Repasser à chaud les papiers, les cartons, pour faire pénétrer le liquide gras, bouillant et parfumé au plus profond de la fibre jusqu’à leur donner une texture de peaux tannées, permet de créer des brûlures. Ces blessures infligées aux corps signifient la rupture aussi bien physique que spirituelle de leur unité et nous montre comment Nicora traduit en termes réels le geste de Fontana détruisant avec son couteau la surfacede sa toile ou encore celui de Kounellis dans son oeuvre réalisée dans l’église de San Augustin, Mexico en 2000 :

sur un poteau massif auquel est fixé un suppedaneum se trouve un sac rempli de farine dans lequel est planté un gros couteau. Un élément corporel qui devrait comme tout corps rester intact, mais le couteau planté dans ce corps ainsi que la blessure laissée par le ferà repasser sont un signe de douleur. Cette douleur, non illusoire, devient un chemin vers la pureté mystique.

Pour Ireneo Nicora, exposer c’est habiter un lieu comme on habite un territoire.

Il ne s’agit pas du simulacre d’un lieu de vie privée ou intime, mais bien d’un lieu d’expérience de l’Etre au Monde.Ses créations in situ investissent l’espace en créant des tensions qui le font vibrer et lui redonnent un sens contemporain. Chaque élément qu’il place n’a de signification qu’en fonction de sa relation aux structures.

Il crée une symbiose où l’enveloppe et son contenu, le permanent et le provisoire sont réunis dans une intemporalité qui ne fait plus la différence.

   

                                                                              N. C.

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now